Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

Télétravail et productivité

Le travail sera toujours de produire quelque chose : produits ou services. 

 

Autrement quelle justification au travail et à la rémunération ? 

 

Il y a un travail qui peut se faire à distance (travail à tendance administrative, commercial ou technique...), il y a un travail qui ne sera payé que si il est réalisé in situ, livré physiquement... 

 

 

# Qu’entend-on dans les conversations ? 

 

« Votre utilisation sur écran, la semaine dernière a été de plus X pour cent, ou de moins X pour cent... »
« Tu peux mesurer le temps passé sur un outil Microsoft, Word, Excel... »

« Je suis explosé par des réunions à distance qui me mobilisent sans arrêt... »

« Je suis saturé ... »

« Que dire d’un commercial à distance qui ne contacte aucun client, qui ne réalise aucune vente mais qui dit être débordé ? » 

 

 

# Que faut-il en penser ? 

 

Il semble y avoir un quiproquo, lourd de problèmes à venir. 

 

On fait allusion toujours dans ces remarques au « temps passé »... sans tenir compte de la vélocité et de l’efficacité de chacun ou d’une «production» réalisée. 

 

Selon le petit Larousse, «la productivité est un rapport mesurable entre une quantité produite (de biens, par exemple) et les moyens humains et matériels mis en œuvre pour y parvenir. » 

 

Une entreprise fonctionne grâce aux contrats ou produits à servir à un client en qualité et délai. Si la demande augmente, il faudra augmenter le personnel, améliorer la productivité par l’effort humain et les investissements ciblés ad hoc. Ne jamais oublier le vrai juge de paix: le client. Qu’est-il prêt à payer ? Qu’êtes-vous prêts à payer ? 

 

 

# Que faut-il faire ? 

 

Comment arriver à la mesure de la productivité souhaitable ? 
 

  • Avoir le courage de réaliser des études d’organisation qui fixeront un standard de production par type d’activité et de poste (dossier, pièce, produit etc.). En informer clairement le salarié. 

  • Autodiagnostic par la personne. Difficile direz vous ? Prenons le cas d’un salarié en télétravail le mercredi (hors ce temps de confinement et d’arrêt des écoles). Or le mercredi est sportif pour les parents : accompagnements, activités diverses, devoirs, jeux et questions.. il faut bien dialoguer). Pour ne pas être ridicule, vis à vis des collègues, le travail essentiel doit être quand même « passé » en qualité et délai. (Les collègues sont toujours plus exigeants que les chefs).On arrive ainsi de manière détournée à une définition de standards... 

  • Mesure de la capacité de chacun d’organiser son temps et de mettre le focus sur une tâche. 

  • Le plus serait de voir les organisations syndicales se lancer dans une définition réaliste de la productivité. 

 

Le télétravail donne plus d’autonomie aux personnes. Tant mieux. Mais il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui les garde-fous de la productivité sont encore le travail d’équipe, la présence physique au travail et les processus définis et visibles. Des adaptations seront nécessaires inéluctablement. 

 

 

# Conclusion 

 

A ne pas se poser la question de la productivité on peut fragiliser, sur le long terme, le télétravail qui est pourtant une belle opportunité pour organiser sa vie et son rythme. 

 

A moins que nous ne soyons en train de créer un nouveau monde qui revient, peu ou prou, à des pratiques de l’âge pré-industriel.

 

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload