Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

Émotion, sensibilité, générosité, contentement de soi et des autres, élégance !

 

Il ne s’agit pas d’un discours programmatique mais des impressions laissées par un film magnifique.

 

1- Un détour par Rome

 

Quelle n’est pas ma stupéfaction de découvrir que ce film est le premier film cité dans un document pontifical. Cf la très sérieuse revue romaine Civiltà Cattolica- janvier 2018. 

Le Pape François, dans Amoris Laetitia, fait explicitement référence à un film qui démontre le bienfait de l’amour gratuit, de la générosité.

 

Je ne sais si j’ai la même lecture de ce film que le Souverain Pontife élit comme un de ses préférés. Pour le coup, je me sens bien intimidé de vous parler d’un de mes films fétiches.

 

Il me sera pardonné d’énoncer ces impressions  datant de plusieurs années, mais combien vivaces : « Émotion, sensibilité, générosité, contentement  de soi et des autres, élégance ! »

 

2- L’exil et le bonheur

 

L’histoire, une nouvelle de Karen Blixen, auteur danois, relate l’exil d’une femme, poursuivie du fait de son engagement pour la La Commune en 1871. 

 

Le film, Le festin de Babette (1987), décrit au démarrage  la vie austère et sombre d’une communauté fondamentaliste dans un lieu isolé et désolé de l’Europe du Nord. Babette a trouvé refuge dans un petit village du Danemark, chez deux sœurs, veillant à la mémoire de leur pasteur de père et à la stricte orthodoxie du petit troupeau. 

 

Austérité de vie, de tenue, de comportement ... une profonde tristesse et rigueur inspirent les principaux personnages. Mais voilà, Babette a été engagée comme bonne à tout faire par les charitables sœurs.

 

Babette cuisinière ne peut servir que la plus simple et élémentaire cuisine dans ce lieu éloigné de tout. On découvre que notre héroïne était en fait le grand chef cuisinier du Café anglais de Paris durant le Second Empire. Quelle déchéance que l’exil!

 

Un jour, Babette apprend qu’elle a gagné une forte somme et demande à ses patronnes l’autorisation de préparer un repas à la française ... Tous ses gains passeront à la préparation de ce festin.

 

3- L’élégance première 

 

Le film est la symphonie de l’éveil à la sensibilité de gens rassis. La cuisine, les mets, la table dressée, le repas servi et réussi dans tous ses détails. Une merveille d’images qui poursuivent l’éveil de ces êtres frustes. Devant la beauté s’ouvrent progressivement;  le goût, les regards, les sentiments; tout change et s’épanouit.

https://m.youtube.com/watch?v=9CMgpkIaxY

Si l’immense générosité de Babette est le déclencheur, des fruits multiples apparaissent.

La concorde renaît, les personnes se dévoilent, la création et les créatures deviennent aimables.

 

Que cherche Babette ? Montrer son talent peut-être. Faire plaisir et donner le meilleur, sans doute. Remercier certainement. 

 

Mais également jouer seulement une nouvelle fois sa musique propre, tant il est vrai qu’une personne  doit toujours être ce qu’elle est, sans fléchir dans ses convictions, dans son style, dans son être profond. Son élégance rejaillit dans tout : le projet, la préparation, le menu, la présentation, le service. Des détails étincelle l’élégance.

 

Babette met tout sur la table ! Pour les autres, pour elle; il ne lui reste rien. Elle ne regrette rien.

 

Le festin de Babette ? Un hymne à la générosité et à l’élégance qu’il faut apporter à toute époque.

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload