Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

L’innovation est un processus de terrain itératif et non une idéologie

 

Je n’arrive pas à accepter le thème de manipulation des esprits qu’est devenue l’innovation dans certaines entreprises.  

 

(Le dictionnaire et les spécialistes différencient inventer et innover. Inventer signifie, selon notre Larousse, créer le premier en faisant preuve d’ingéniosité. Innover consiste à introduire quelque chose de nouveau dans un domaine particulier.  L’usage commun mélange un peu les deux, accommodons-nous en.)

 

1- un concept de communication

 

A chaque époque il faut des concepts pour ordonner une communication positive. Les temps sont durs, les efforts toujours renouvelés, les attentes fortes, le monde changeant et concurrentiel.  Des managers se plaisent à parodier Churchill annonçant à son peuple des larmes, du sang... Tout cela est bien excessif. Il faut raison garder. Mais  ces messages positifs qui devraient pacifier, ressouder, valoriser sont pourtant nécessaires à une entreprise.  Parfois  on trouve le ton vrai, réaliste. Parfois non.

 

L’innovation est rangée facilement dans cette catégorie. Allez savoir... 

Bien souvent une nouvelle liturgie rassemble des salariés pour proclamer que l’innovation serait collective. La journée se passe à échanger, à brainstormer, à échanger et afficher des post-it. Évidemment pour un résultat produit pas très significatif... c’est une mode. On y sacrifie. Mais combien pensent qu’ il vaudrait mieux rassembler peu de personnes mais véritablement aptes à réfléchir sur une question précise pour atteindre un résultat...

 

C’est sur le dernier point que le bât blesse. Veut-on trouver quelque chose ou veut-on manipuler ?

 

2- Innover: un talent, des efforts et des compétences

 

Pour innover il faut des candides aux bonnes questions dérangeantes. Mais sont surtout indispensables les personnes qui ont une connaissance concrète des sujets, une expérience significative. Expérience qui les fait buter sur des problèmes, des attentes, des demandes non satisfaites. Il faut enfin des « sachants » aptes à indiquer de nouvelles voies techniques, à expertiser les sujets proposés, les solutions suggérées. 

 

Avons-nous systématiquement ces différents profils  qui, dans leur domaine, ont déjà exploré ce thème, se sont interrogés d’une manière ou d’une autre ?

 

Nous renvoyons à notre revue qui a publié un numéro spécial sur l’innovation. Le responsable d’une chaire d’innovation dans une grande école nous a dit tout le bien qu’il pouvait en penser. Espérons que ce travail soit plus fréquemment cité explicitement dans de plus nombreuses organisations.

 

(A télécharger gratuitement pour votre usage, sans le distribuer sans autorisation - par tout moyen - dans votre organisation. Pour toute référence merci de citer la source et le lien.)

 

Radar des responsable:
Numéro spécial Innovation

 

3- Des exemples

 

L’innovation est souvent itérative, fruit d’une histoire, d’un contexte d’éclosion, d’une consolidation d’études techniques.

 

J’avais suggéré à ce directeur de la chaire d’innovation d’étudier des objets ou des procédés issus de cette lente maturation. 

 

De l’histoire ne va pas surgir la réponse immédiate, précise à votre question du jour. Mais vous aurez créé cet humus qui va permettre de trouver les sujets, de repérer les vrais innovateurs et leur succession, de comprendre la lenteur et la vitesse alternées de chaque histoire d’innovation.

 

Quelques pistes de lectures pour réfléchir au vrai processus d’innovation (mais chaque milieu professionnel peut trouver des exemples pertinents.) :

 

Jean-Robert Pitte, La bouteille de vin, histoire d’une révolution, Tallandier.

 

André Maurois, Sir Arthur Fleming, l’inventeur de la pénicilline, Hachette.

 

Ken Alder, Mesurer le monde, l’incroyable invention du mètre, Flammarion.

 

Etic Orsenna, Voyage au pays du coton, petit précis de mondialisation, Livre de Poche.

 

Eric Orsenna, Sur la route du papier, petit précis de mondialisation, Livre de Poche.

 

Cyrille Simonnet, Histoire d’un matériau, le béton, Parenthèses Editions.

 

Toutes ces histoires ont la saveur de l’aventure mais la richesse du concret, des revers, des échecs. On perçoit des étapes, on reconnaît les moments, les gens, les occasions.

 

On discerne en effet que l’innovation collective existe : à travers le temps, l’espace, les conditions, les niveaux de formation. Le collaboratif existe. Mais cela ne se passe pas en une journée...

 

Pas d’innovation en salle par des processus intellectuels... mais toujours sur le terrain dans les affres de l’expérience et de l’expérimentation.

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload