Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

Apprendre seul

 

« Intéressez d’abord vos yeux et votre cœur, l’esprit suivra. » (Jean Prévost) 

Pour quitter le monde du copier/coller.

 

Redécouvrir Jean Prévost.

 

Qui connaît encore Jean Prévost ?  Brillant écrivain et journaliste avant-guerre, il mourût au Vercors en commandant un groupe de résistants. Ami de Saint-Exupéry,  il disparaît quasiment au même moment. 

 

D’une vitalité extraordinaire, sportif accompli, doué d’une capacité de travail sans limite, il peinait à maîtriser son énergie. Découvrant les domaines les plus divers : littérature, architecture, arts graphiques, sociologie il écrivait nouvelles ou articles, essais et travaux universitaires dans un style simple, direct. Au Vercors personne ne savait que le capitaine Goderville était  le talentueux écrivain Jean Prévost. Même si d’aucuns s’étonnaient de voir sous la tente d’un chef de maquis,  Montaigne et Stendhal...

 

Olivier Garcin lui a rendu hommage, il y a quelques années, dans un bel essai biographique, Pour Jean Prévost (Folio).

 

Pourquoi parler de lui ? 

 

Parce que notre époque est faible et qu’il faut bien retrouver des inspirateurs.

 

Parce que Prévost pensait que le travail « politique » le plus essentiel était de faciliter l’acquisition par chacun d’une vraie « instruction ».

 

Parce que l’on a la volonté d’agir et le goût de la pensée assemblée dans une belle personnalité,  loin de tout angélisme. Prévost avait une capacité de violence étonnante parait-il... mais au service d’une pensée modérée.

 

Jean Prévost, dans Apprendre seul (Flammarion-1940), dessine les contours d’un programme mais surtout donne des conseils de méthodes pour ceux qui veulent penser par eux mêmes et s’arracher au langage creux sévissant dans les organisations  et aux PowerPoint débiles !

 

Mais écoutons Jean Prévost ...

Commentons l’auteur très librement au-delà des têtes de chapitres.

 

Pourquoi et comment apprendre seul ?

 

1- On apprend seul, même quand on a des maîtres

 

Ceux qui ont fait des études structurantes (sciences, techniques, lettres, droit) ont de la chance. Des pilotis sont en place. Pour les autres, il faudra s’accoutumer à retrouver une progressivité et une logique des connaissances (communication ?? Stratégie ??).

 

Mais même dans un cursus suivi, avec des maîtres on se rend compte que l’on apprend toujours seul. Par son effort, par sa persévérance, par son attention. 

 

Un maître oriente, ouvre mais ne vous remplace pas. Et c’est un grand avantage car ainsi tout le monde est remis à égalité. Chacun en s’appuyant sur sa volonté peut décider d’apprendre ...

 

L’outil numérique met à disposition un matériau immense mais regarder n’est nullement apprendre  ni digérer (faire sien). Le rythme lent de la lecture et de l’écriture permet seul l’assimilation consciente et profonde. (pour faire « in », parlons d’apprentissage profond, Deep-learning).

 

2- Créer un fond d’imagination et d’intimité si possible dès le plus jeune âge et pourquoi pas ensuite. Romans qui tissent l’histoire de notre pays comme Dumas; aventuriers de Robinson à Gulliver; poètes, « le poète qui a du souffle est celui qui nous en donne » (Prévost).

 

 (j’avoue là une de mes limites et la sécheresse qui en découle peut-être. Je ne fréquente pas assez les poètes... ). 

 

Tout sera bon pour créer un fond, un terreau qui desserre la routine et la banalité de la vie et permet des aller-retours de l’imagination au réel. Pour ne rejeter ni l’une, ni l’autre.

 

3- Fortifier son attention, la curiosité ne peut suffire. « Il faut empêcher votre attention de se disperser, de se fatiguer et de d’hébéter.. ».

Bien sûr chacun a très vite son attention qui se dépolarise et s’échappe. 

 

Prevost propose un exercice salutaire. Chacun dispose de 15 à 30 minutes par jour. Pas besoin de plus.  Mais chaque jour lisez une page ou deux d’un grand auteur -ne soyez pas intimidé - Pascal, Montaigne propose Prévost. 

 

D’autres lectures : une pièce de Sophocle ?  Une série de pensées d’un auteur ? Manuel de la sagesse antique par Annie Collogniat chez Omnibus. Ou mon préféré La Fontaine. Tant d’autres sont possibles. Mais écartez les livres contemporains, trop proches de nous, ils ne nous permettent pas de changer d’angle de vue.

 

Lisez jusqu’au bout le passage du jour. Ne bloquez pas sur des détails. Vous relirez, l’ensemble finira par expliquer le détail. Il ne faut pas crisper l’attention.  Confrontez le texte à votre vie, à votre pensée, écrivez vos réflexions sur un cahier et tenez trois mois...

 

4- Choisir un domaine de prédilection quand votre attention est exercée et disciplinée. Lettres, sciences, arts.. tout vous est ouvert. La sympathie va vous orienter. Laissez vous porter par le plaisir immédiat.

 

Créez cette sympathie en vous promenant, en visitant, en regardant, en vous interrogeant, en interrogeant.

 

5- 1h par jour. Pas plus, mais tous les jours et vous deviendrez un spécialiste. Deux temps, deux mouvements. Apprendre quelque chose le matin. Révisez le soir avec la technique du cahier ou du carnet, des fiches ou de cartes postales ou d’images enregistrées sur votre tablette  si l’art est votre domaine de prédilection. Il faut un support pour incarner la connaissance. Fuyez au maximum le numérique, faites travailler directement vos mains.

 

6- Se reposer de sa matière mais pas trop longtemps. 

 

Prévost rapporte une anecdote contée par le philosophe Alain. « Un violoniste célèbre, aujourd’hui retiré, et qui eut, entre autres signes éminents, le privilège de donner toujours la note juste, revenais d’Italie, où il s’était accordé des vacances. Aux questions d’usage : s’il avait fait bon voyage, s’il se portait bien, il répondit de sa voix tranquille : « Cela va bien, merci. Je joue faux. » L’esprit se rouille aussi facilement que les doigts. »

 

7- Réviser et reprendre vos notes, faire des renvois, établissez une table des matières. Reprendre, fixe les idées. Écrivez quelques lignes, les mots sortis de votre esprit et de votre cœur créent votre pensée. Elle s’enrichira progressivement et sera originale. Vous avez enfin quitté le monde du copier/coller.

 

...( « Apprendre seul » donne des conseils matière par matière qu’il faudrait réactualiser avec une bibliographie contemporaine)...

 

Nous n’irons guère plus loin. L’homme et la femme très occupés  s’esclaffent : « Quel rêveur ce Grimaldi... comme si je disposais de tout ce temps... ».

 

C’est un nouveau personnage qui s’insérera avec retard dans la suite des personnages du Petit Prince, le magnifique conte de Saint Exupéry.

 

C’est le bon binôme du businessman compteur d’étoiles ... Notre homme lui compte ses mails, il y répond, il existe par ce moyen, voyez vous... Même s’il ne pense rien et s’il n’a rien à transmettre qui lui soit propre. Vous avez dû le rencontrer.  Sec de cœur, arrogant de comportement,  boursouflé de savoirs inutiles.

 

Ne vous en inquiétez donc pas. Trouvez votre plaisir, votre intérêt, votre richesse et votre rythme. Votre équilibre et votre densité. Apprenez ce qui vous chante ou enchante.

 

http://www.jeanprevost.org/

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload