Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

Penser Out of the box ? Vous y croyez vraiment ?

 

 

Cela fait des années que j’entends cette expression. Pour les Grandes entreprises et grandes écoles, c’est la  formule ressassée pour exhorter à penser différemment. On la retrouve dans des cahiers des charges de formation, dans les discours de convention, dans les vœux, dans les souhaits d’innovation...

 

Penser « Out of the box ». Ce doit être : sortir de la pensée commune, prendre des chemins de traverse, utiliser des modes de raisonnements atypiques, associer ce qui n’est jamais associé, accepter ce qui est d’habitude rejeté...

 

La formule, soyons en conscient, part du principe que l’on est dans une boîte, dans un labyrinthe, enfermé, contraint avec des degrés de liberté et de pensée réduits, sous contrôle, habituels voire routiniers.

 

Mais chose encore plus intéressante, la formule semble donner une autorisation de transgression : « Sortez du connu ! ». C’est un moment, une étape de libération, un grand bond en avant. On serait à l’orée d’une ère nouvelle. Les rôles peuvent s’inverser, on peut devenir force de propositions, se re-approprier différemment des sujets, des produits, des processus. Cela devient un levier formidable de progrès...

 

Bon, rideau ! Vous l’avez déjà entendue cette formule ? Vous y croyez ? Un mauvais esprit  vous dira simplement que c’est une promesse pour gogos. La formule est connue... les promesses n’engagent que ceux qui les entendent !

 

Out of the box ?  Proposer de nouvelles méthodes ? De nouvelles approches ? Un nouvel esprit ?  En fait les grandes organisations restent très conformistes. C’est le seul moyen pour elles de résister, de se développer, de réussir. C’est ainsi. La réussite vient d’une discipline de fonctionnement. Chacun a une place, un rôle, une mission, des objectifs. C’est le respect de ces données qui conduit à une réussite standard.

 

Mais alors pourquoi proclamer un « Out of the box » ?

 

Sans doute pour limiter l’ennui qui suinte des grandes organisations ou pour faire rêver à un possible chemin différent. C’est un moyen de faire patienter des gens, un peu hors norme,  qui piétinent d’impatience. C’est une formule réthorique, un exorcisme.  On célèbre une liberté possible. Est-ce nécessaire de la mettre à l’épreuve pour autant ? C’est une forme consciente ou inconsciente de manipulation.

 

Au fond, dans une organisation conformiste (penser, parler, agir d’un même esprit) rien ne peut changer véritablement. Le faire croire est une suprême habileté. Certains tentent quand même le « Penser out of the box » et sont surpris d’accoucher d’une souris alors qu’ils pensaient déplacer une montagne. La vie a repris un cours normal dans l’organisation, les organigrammes sont toujours là, les procédures résistent. On a eu le frisson de la nouveauté, c’est suffisant. Ce qui compte vraiment c’est la nouvelle « réorg », la grande transformation, avant la suivante...

 

Ceux qui ont compris que « Out of the box » est une formule plus qu’une réalité, quitteront le jeu 

doucement, silencieusement, tristement.

 

Pour aller plus loin dans l’analyse des procédés et réflexes conformistes de nos organisations nous vous proposons de télécharger gratuitement pendant une semaine le livre, Banalité du conformisme, en fichier PDF.

 

Vous pouvez diffuser à titre individuel  ce livre à des amis mais non en organiser une diffusion commerciale lors de jours de formation ou séminaires .

 

 

Cliquez ici pour télécharger l'ouvrage complet

 

 

Voir la page du blog sur la Banalité du conformisme

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload