Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

Trouvons les coupables !

Les animaux malades de la peste, Jean de La Fontaine, illustré par Olivier Morel.

 

 

J'évalue, tu évalues, il évalue, nous évaluons …

Quelle litanie ! Cela se passe dans tous les sens. Heureusement la raison revient un peu dans nos organisations. Les évaluations (chose normale quand cela reste raisonnable) s'espacent. 

 

Il y a un rite qu'il faudra bien limiter pour rendre plus paisible et acceptable le management : la justification et la recherche du coupable. Eternel évidemment. Jean de La Fontaine avait marqué cette recherche du bouc émissaire en l'exprimant de manière rapide, simple mais dramatique. La Cour de nos Rois était lieu de cruauté parfois. Nos organisations vivent la même nature humaine. 

 

 

…" Que le plus coupable de nous

Se sacrifie aux traits du céleste courroux,

Peut-être il obtiendra la guérison commune.

L’histoire nous apprend qu’en de tels accidents

On fait de pareils dévouements :

Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence

L’état de notre conscience…"

 

 

La peste fait rage et les animaux se réunissent sous l'autorité du roi Lion. Il y a, c'est sûr, châtiment divin. Quels sont les péchés ? Quels sont les pécheurs ? Il faut là encore trouver un bouc émissaire.

Chacun à tour de rôle s'accuse et se défausse ou excuse plus puissant pour se protéger. Au final, c'est l'âne qui sera maudit car il a mangé un peu trop d'herbe, pensez, la largeur de sa langue, sans retenue et sans principe.

 

 

L' édition  illustrée de cette fable nous plonge dans un monde si proche. Le dessin  est merveilleux, dur voire insoutenable. Les animaux rassemblés sont pour certains en complets et costumes de monde connu. Olivier Morel donne une modernité incroyable à ce texte, ce qui nous donne à méditer sur la fragilité d'un groupe humain et sur les garde-fous à instaurer. Il n'y a guère besoin de longs textes pour aiguiser nos réflexions. Un texte classique reste inaltérable car il découvre l'humaine nature.

 

http://www.cleditions.com/Les-Animaux-malades-de-la-peste

 

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload