Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

Analyse du livre par le Blog Bisogna morire

Il y a quelques semaines de cela j’ai lu l’Empire du Mail de Jean Grimaldi d’Esdra, publié aux éditions Librinova. J’avais beaucoup aimé ce livre… ma chronique était tombée, par hasard, sous les yeux de l’auteur et elle lui a plu. Il m’a alors proposé de lire son autre ouvrage, paru aussi chez le même éditeur quelque temps auparavant, la Banalité du Conformisme. En faisant des recherches sur M. Grimaldi d’Esdra, j’avais lu ce titre et le résumé et j’avais été déjà intéressée par le thème. En outre, je trouvais que le titre était très accrocheur, car c’est un thème qui me titille bien qu’il ne soit pas très « à la mode », puisque tout le monde veut absolument ne pas être conformiste !


J’ai donc reçu le livre numérique et je l’ai lu, entre toutes mes obligations professorales, avec lenteur. C’est aussi que parfois j’ai eu la sensation de lire un livre d’horreur, comme il en existe peu, de ces livres qui vous mettent face aux gouffres de l’humanité. J’avais déjà ressenti cela (et pour la première fois) avec le lourd essai de Naomi Klein, La Stratégie du Choc que je n’ai jamais eu le courage de chroniquer : cette impression désagréable de lecture de se voir tomber page après page dans ce qu’il y a de plus sombre et de plus stupide dans l’humaine condition. C’est donc à petite dose que j’ai lu la Banalité du Conformisme, ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas apprécié cette lecture ! Je suis une disciple de Cioran et rien ne me fait plus de bien que d’être confrontée à l’acidité du monde. Bien sûr ensuite ou en même temps il faut lire des choses plus légères, voire frivoles, comme lorsque l’on déguste un plat épicé et que l’on boit en même temps un bon thé chaud et parfumé.

La Vérité n’est jamais bonne à dire et c’est pour cela que j’aime partir à sa recherche.

 

 

 

Lire l'article de Sarah sur le Blog Bisogna Morirehttps://metreya.org/2017/07/30/la-banalite-du-conformisme-de-jean-grimaldi-desdra/

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload