Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

Meubler un temps mort ou donner à réfléchir

Utiliser un temps pédagogique bref.

Les conférences en entreprise ou dans l'enceinte de grandes Écoles ou Universités complètent depuis de nombreuses années les dispositifs de formation. Parfois elles sont prévues pour donner un contenu un peu formel à un rassemblement comme une convention de managers ou simplement une réunion trés opérationnelle interne à une équipe. Il s'agit de proposer une ouverture, favoriser des échappées plus que de mettre en avant la construction d'une culture générale, pourtant indispensable à la densification de la pensée. On peut apprendre en ce temps et format limités mais l'exercice reste délicat.

Pourtant une conférence a un impact pédagogique fort. En un temps limité on peut distraire par le fond et les illustrations et faire un moment plaisant rompant avec les activités antérieures. On va aussi par un thème décalé, inattendu, plein de curiosités ou de souvenirs (nombre d'auditeurs ont lu ou se souviennent du sujet),  réveiller un sujet, provoquer, interpeller, provoquer le débat puis la discussion plus paisible. Cela peut enfin donner à chacun des pistes pour creuser à son rythme les idées suggérées, en voir les conséquences pratiques pour soi, pour son équipe.

Qu'est ce qui convient au public ?

En entreprise, il y a parfois de grands moments. Lors d'un séminaire résidentiel, une pédagogie avait été utilisée avec un bel effet. Création d'un scketch dont la trame singeait le discours pseudo-philosophique d'un consultant fumeux. Le hic a été que quelques semaines après ce séminaire, certains participants avaient été conviés à une convention où, à un moment, deux philosophes intervenaient. Eclats de rire au discours philosophique. Ces participants "bon public" pensaient que la pédagogie était reprise. Or il s'agissait de vraies philosophes…

En entreprise un philosophe renommé déroule son intervention. Langage simple, clarté d'exposition. Je pensais que l'on avait là une belle réussite d'un bon moment. Quelques personnes crurent bon en fin de séance de déclarer que le sujet et le vocabulaire n' étaient pas assez "terrain". Certes Aristote…

Le sujet, la connexion à l'actualité de l'entreprise, le style donné seront essentiels à la réussite, académisme s'abstenir !
Souvent l'histoire, la philosophie sont sollicitées. Parfois certains s'appuient sur des enquêtes ou des expériences.  Ou plus simplement sur la brûlante actualité d'une problématique comme L'empire du mail !   

L'analogie doit rester légère,  non forcée entre le sujet et l'actualité la plus pressante de l'entreprise . Que dire d'une conférence sur Louis XIV et la transformation managériale ? Rien de totalement faux mais il ne faut pas faire dire au passé ce qui nous intéresse ou inquiète pour le présent. La légèreté des comparaisons, la simplicité mais l'exactitude des connaissances, la pertinence des illustrations doivent faire mouche et donner à réflèchir. Sans lourdeur. Il ne s'agirait pas de rejouer les Quatre saisons de Vivaldi dans une grande surface. Tout perd son intérêt et son relief.

Préparer pour servir l'intérêt pédagogique

Le succès résidera dans la bonne préparation de l'intervenant avec les équipes internes. Quel sujet ? Quel impact recherché ?Quel style ? Quelle pédagogie ? Toutes ces questions doivent impérativement faire l'objet d'un dialogue nourri pour éviter à tout prix de plaquer un sujet pour "faire bien" …

 

 

Quelques  exemples de sujets sans limitation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Notre dernier livre, L'empire du mail

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload