Please reload

Récents

Les mains visage de l'âme ?

22/01/2018

1/8
Please reload

A l'affiche

Enthousiasme dans l'action

En ce temps de rentrée, les équipes vont relancer leurs projets et leurs efforts. Sans doute avec des mises en tension. Mais cela n'exclut pas l'enthousiasme.

 

 

Extrait du livre Management Pick and do :

Enthousiasme

Inspiré par les dieux...toujours l'étymologie ! L'enthousiasme brûle et entraîne. Bien souvent, mais pas toujours, il sera liée à cette disposition d'esprit qu'est l'optimisme. L'alliance des deux fait que l'on suit celui qui nous précède dans l'action.
Cet enthousiasme communicatif qui dépasse les difficultés est la qualité de ces personnes qui ont un leadership naturel. Impossible de feindre l'enthousiasme. C'est une flamme qui diffuse sans économie et restriction. Le regard, les attitudes, les paroles, les réactions, l'exemple, tout est à la manoeuvre pour dépasser les obstacles inévitables. Cette flamme réchauffe les plus timorés et brûle ceux qui veulent en être. C'est une conviction profonde alliée à la capacité de dire, montrer, accompagner toute l'action. Le but est présent, dessiné, presque atteint pour celui qui est inspiré.
Le scepticisme sur le business-plan, les engagements frileux des supports financiers, le choeur des sceptiques tombent devant ce jeune patron qui croit en son produit. Les engagements mesurés, prudents de certains membres de l'équipe, tombent devant l'action sans faille du manager qui croit en son projet. L'enthousiasme attire, il y a un pouvoir d'attraction certain; l'enthousiasme crée une dynamique où les plus réticents suivent.
L'enthousiasme ne pourra pas être toujours permanent. C'est une tension, une forme d'adrénaline. Elle épuise les "troupes", comme le leader. Ce dernier devra accepter les phases de gestion courante, un peu ternes peut être, mais qui reconstituent moyens comme équipes. Le temps de la respiration est essentiel, la tension permanente impossible. Il faudra analyser, traiter les doutes, les questions, rationnellement sans précipitation. L'enthousiasme aide à franchir le pont, encore faut-il qu'il soit construit correctement. 
Des managers, dans une session, s'en voulaient de manquer d'enthousiasme et d'optimisme. Experts, devenus managers, affligés d'un doute terrible sur les véritables compétences de leurs plus proches collaborateurs. Ils sentaient bien que leur manière d'animer, par exemple leurs réunions d'équipe, ne provoquait guère d'optimisme et que leur enthousiasme ne devait pas être flagrant. Le langage technocratique, les chiffres, les reproches, les limites rappelées, les doutes se transforment en acide qui corrode d'emblée l'enthousiasme qu'ils voudraient créer. Que faire ? Que dire à ces managers ?
1-Sur le plan des doutes concernant leurs collaborateurs, il leur faudra analyser plus en profondeur caractéristiques, compétences et capacités. Comment croire que sur toute une équipe, le sinistre dieu des erreurs de "casting" ait pesé pour tout cas ? Il faut recréer une confiance et donc l'établir sur des qualités tangibles, certes  différentes de celles qu'on pouvait attendre.
2- Sur le plan du projet, ne faut-il pas aller plus profond et saisir toutes les convictions, se préparer à les expliciter. Tant il est vrai que l'enthousiasme communicatif ne pourra faire l'économie d'une bonne pédagogie. Pourquoi ce projet ? En quoi est-il nécessaire ? En quoi il nous différenciera des autres ? Quels en sont les intérêts qui peuvent nous toucher chacun ? Comment pourrions nous l'utiliser pour apprendre plus, nous former plus ?
3-Sur le plan des équipes, il faut enfin parler à chacun , personnellement, avec le mot, la phrase qui va personnaliser, montrer que l'on connaît la personne, qu'on imagine sans peine son rôle dans le projet. Sortir de l'anonymat, tel est le ressort fondamental pour s'intéresser à quelque chose. Collectivement, aller au positif, au global. Choisir des mots qui inspirent la confiance, évacuer les mots du doute, les mots barbelés qui blessent. Choisir ses mots, non pas la palette d'expression du manager universel. L'objet n'est pas de faire une représentation. Montrer en quoi l'on croit. Dire pourquoi on y va, comment on y va.. 
L'enthousiasme n'est pas un fard du scepticisme et du cynisme, il est la croyance de la possibilité de réussir, il est le pari exprimé sur les opportunités et les capacités.

Facebook
Twitter
Please reload

Please reload