L'Empire du mail

Management, contrôle et solitude
Résumé

Empire du mail ou empire du mal ? Telle est bien sous-entendue cette question dans ce petit livre qui s'adresse avant tout aux managers.

Il est principalement question ici du mail professionnel, de ceux, innombrables, qui polluent les boîtes professionnelles d'à peu près tous les salariés.
La surabondance a fait que les informations importantes sont noyées dans un flot continu de messages qui embouteillent la vie quotidienne dans l'entreprise. En moyenne un manager trouve 60 mails dans sa boite électronique par jour et seulement 5 à 10 sont réellement importants.

Bien plus que de l'entreprise ou du management, ce livre nous parle de notre société. Derrière un sujet qui peut paraître limité, le mail professionnel, on découvre une réflexion profonde sur la technologie et notre monde en devenir. Comment le faire advenir en n'étant ni réactionnaire, "techno-rebelle", ni soumis ou addicts aux innovations, "digital-slaves" ?

achter-sur-librairie-rh.png
Please reload

« Pas une rencontre sans que les personnes ne fassent référence au poids démesuré, irrépressible, insensé de la gestion des mails dans leur quotidien.
Aucune solution à vue humaine n’apparaît, c'est un flot qu'on ne peut endiguer. L'homme seul ne peut que subir, les organisations s'en plaignent, sans agir. » 

Le mail comme symbole d'une écriture en transformation

Cette surabondance de mails a créé aussi une nouvelle pression, celle de répondre le plus rapidement possible mais surtout pour "montrer" que l'on fait quelque chose.
Car parfois, répondre au mail devient l'activité principale de certains employés ! Le faire est avant tout là, d'autant plus que c'est une activité qui bien que vide en soi, est montrable, archivable, référençable.


Ce n'est pas ce que l'on créé ou fait qui compte, mais l'image que l'on se donne en répondant à des mails. Ce livre est aussi une réflexion sur la place de l'écriture dans notre société. Aujourd'hui, la production de documents professionnels est énorme et la plupart du temps inutile. Faire c'est aussi écrire, encore pour montrer que l'on fait plus que pour le faire lui-même.

Le travail c'est la communication, qu'elle soit par des réunions ou par la production de documents type "powerpoint". Mais quel vide derrière tout cela ! On perd de plus en plus le sens du travail.

 

Mais ce qui compte c'est être visible. C'est d'ailleurs toute la problématique de l'internet aujourd'hui : être vu et reconnu, par les profils que l'on poste, les tweets que l'on envoie à la terre entière, les articles de blog que l'on publie. La visibilité, tant extérieure dans les réseaux, qu'intérieur dans l'entreprise, est devenue une nouvelle et peut-être la seule forme d'existence.