La banalité du conformisme

Qu’est-ce qu’être conformiste ? Nul n’adopte volontiers une étiquette qui nie notre individualité… pourtant chacun d’entre nous est bel et bien concerné. Des cadres d’entreprise dont on attend dynamisme, bonne humeur et créativité aux citoyens d’Oceania sous surveillance dans 1984, nous sommes tous, à des degrés divers, sous l’influence de forces qui modèlent nos paroles et nos modes de pensée. Retraçant l’histoire du concept de conformisme et explorant ses mécanismes, cette étude critique et transversale mobilise autant la littérature classique que la culture populaire et la sociologie. Avec tact et érudition, Jean Grimaldi d’Esdra nous invite à explorer, selon la formule d’Hannah Arendt, la banalité d’une idée à laquelle nul ne saurait échapper. 

Résumé
Please reload

Jean-Grimaldi d'Esdra - Interview
00:00 / 00:00

« Le conformisme est l'état qui nous pousse à parler ou agir toujours comme ceux qui nous entourent. Parfois, quand nous voudrions présenter ou proclamer une vision personnelle, il nous incite à taire notre pensée. Homogénéité, unanimisme, autocensure sont les facettes les plus évidentes du conformisme. » 

Tous conformes au conformisme ? 

Totalisant, ubiquitaire, le conformisme est un phénomène si large qu’il atteint chaque individu dans toutes les sphères de la vie, de l’entreprise à la famille. Étudier ses causes et ses mécanismes revient bien souvent à se pencher sur les maux de notre société contemporaine, du consumérisme de masse à la novlangue managériale, en passant par ses manifestations historiques, comme le totalitarisme. Plus largement, Banalité du conformisme interroge les attitudes qui nous mènent inconsciemment à nous soumettre à des normes implicites, ou plus rarement, à y résister. Tout le talent de cette étude réside dans sa capacité à rendre palpable, de manière presque troublante, un phénomène trop souvent invisible. 

Une étude riche et transversale

Accessible par son style, remarquable par son érudition, Banalité du conformisme est un essai pointu qui sait néanmoins s’affranchir du cadre de la philosophie. L’Antigone d’Anouilh, le 1984 d’Orwell, le Pont de la rivière Kwaï… sont autant d’exemples que Jean Grimaldi d’Esdra tire des répertoires de la littérature, du cinéma, de l’Histoire, pour proposer une analyse sensible et éclairante. L’abondance des références et la clarté du propos ne peuvent qu’inciter le lecteur à exercer toute sa curiosité intellectuelle et son esprit critique : lorsqu’on traite du conformisme, il est difficile de ne pas se sentir concerné.