conformisme

BANALITE DU

S’il y a bien un outil digital et démocratique pour communiquer en entreprise, c’est l’e-mail.

Pourtant, ses cotés pervers sont pointés du doigt : moyen de se déresponsabiliser, froideur des échanges, volumes trop importants...

À nous de se le réapproprier pour l’utiliser à bon escient. 

Plus de précisions avec Jean Grimaldi d’Esdra, professeur à l’Edhec Executive Education et auteur de L’Empire du mail

"Un e-mail bien rédigé, à bon escient, peut rester un levier de motivation"

Ce n’est pas scientifique car je n’ai pas trouvé d’étude. Mais j’anime des séminaires de formation depuis une vingtaine d’années et j’ai vu apparaitre la...

« Intéressez d’abord vos yeux et votre cœur, l’esprit suivra. » (Jean Prévost) 

Pour quitter le monde du copier/coller.

Redécouvrir Jean Prévost.

Qui connaît encore Jean Prévost ?  Brillant écrivain et journaliste avant-guerre, il mourût au Vercors en commandant un groupe de résistants. Ami de Saint-Exupéry,  il disparaît quasiment au même moment. 

D’une vitalité extraordinaire, sportif accompli, doué d’une capacité de travail sans limite, il peinait à maîtriser son énergie. Découvrant les domaines les plus divers : littérature, architecture, arts graphiques, sociologie il écrivait nouvelles ou articles, essais et travaux universitaires...

Séminaire avec des managers d’une grande société de services. Le débat porte sur l’accompagnement et l’intégration des jeunes. Tous les managers présents sont manager de managers. La discussion est vive, passionnée sur les qualités et défauts des générations montantes.

Les constats de l’intégration 

Dans le prolongement de ce débat on peut poser  quelques constats :

1- Tous les managers présents avaient une idée des attentes des jeunes... mais plus par le ressenti de leurs expériences avec leur propres enfants, sans jamais rencontrer directement ces jeunes embauchés, cela ne rentrait pas dans leurs propres fonctions...

2- Ce débat sur les mérites...

Sans doute faudrait-il moins se précipiter à la sortie de certains titres, ou sélectionner nos achats compulsifs.

Ah, pourquoi ne pas se l’avouer, tous ces titres rangés sur les étagères d’un bureau de manager servent à peu de monde.

Bien souvent ce collectionneur impénitent n’a pas lu les ouvrages.

A la première question notre homme botte en touche (désolé, rarement une femme parle de ce genre d’ouvrages, elle est plus réaliste), craintif d’une interrogation un peu poussée, si par malchance il tombait sur un quidam ayant lu le pensum de 350 pages…

La pirouette la plus commune consiste à dire que le plan est bien structuré et de nous citer une an...

Please reload

L'auteur de ce Blog
A lire absolument
Please reload

Rechercher par Tags