conformisme

BANALITE DU

Souvent les salariés (comme les prestataires) se trouvent tétanisés face à une nouvelle figure managériale qui se répand : ne pas donner de réponse claire.

Autrefois symbole d’une attitude un peu condescendante voire méprisante, elle est en passe de devenir un vrai système de management.

Spectateur d’une pratique, je m’interroge. Des membres d’un groupe en désaccord avec les nouvelles modalités de fonctionnement veulent faire entendre leur voix. Une réunion est programmée.

- Ce n’est pas possible, ce n’est pas pratique..

- On va en parler ...

Il n’y aura pas de réponse ferme et claire à la demande. Il y a seulement une reformulation collective de...

Oh le vilain mot, la personne qui en ferait un idéal serait d’emblée mise au ban de la société de vitesse et d’agilité...

Bien sûr,  notre titre joue d’un effet provocation pour attirer l’œil d’un possible lecteur : hilare ou furieux.

Le vocable et le comportement de routine font lever des soupirs et des ronflements réguliers. Les  mots pourraient venir par dizaines pour imager, qualifier, dénoncer cette pratique. 

Seule une définition apaisée peut ramener le calme dans l’assemblée des lecteurs pour montrer la vertu de la routine bien orientée.

1- Les leçons quotidiennes

Routine organisationnelle.

Prenons un DG, imprégné d’une philosophie d’ag...

S’il y a bien un outil digital et démocratique pour communiquer en entreprise, c’est l’e-mail.

Pourtant, ses cotés pervers sont pointés du doigt : moyen de se déresponsabiliser, froideur des échanges, volumes trop importants...

À nous de se le réapproprier pour l’utiliser à bon escient. 

Plus de précisions avec Jean Grimaldi d’Esdra, professeur à l’Edhec Executive Education et auteur de L’Empire du mail

"Un e-mail bien rédigé, à bon escient, peut rester un levier de motivation"

Ce n’est pas scientifique car je n’ai pas trouvé d’étude. Mais j’anime des séminaires de formation depuis une vingtaine d’années et j’ai vu apparaitre la...

Le thème du changement habite tous les discours en entreprise. 


Tout le monde analyse ce qu'il faut changer ou bouleverser. On peut être légitimement sceptique sur cette excitation de la nouveauté. Il faudrait méthodologiquement s'interroger sur ce qu'il faut conserver pour donner un cadre sans trop d'incertitudes. Il n'y a pas que des robots qui travaillent… 

Puis, pour  changer, il faut s'attaquer aux habitudes, le livre de Charles Duhig, traduit en français est un excellent outil.

Nous vous proposons une synthèse publiée dans la revue de Formadi, Radar des Responsables.

Source :

formadi.com

charlesduhigg.com

Please reload

L'auteur de ce Blog
A lire absolument
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload